picto_question_blanc

Contenus pédagogiques

trait_blanc

L’ESS, une histoire qui ne date pas d’hier…

L’économie sociale et solidaire est née au XIXème siècle en pleine industrialisation. Des femmes et des hommes ont alors montré qu’il y avait toujours la possibilité de travailler autrement et de s’organiser ensemble pour vivre mieux. Redécouvrez l’histoire passionnante de l’ESS !

Les 1ères sociétes de secours mutuel sont nées au Moyen-Âge avec les guildes, les confréries, les fruitières du Jura, les corporations et compagnonnages, etc. Mais c’est au XIXème siècle, avec la révolution industrielle, que l’ESS se développe véritablement, notamment avec la création des mutuelles de prévoyance et de santé. Ces sociétés sont alors l’expression d’efforts collectifs d’ouvriers en réponse à l’absence de systèmes de prévoyance collective et à l’augmentation des risques d’accidents du travail et de maladie.

En 1827, à Lyon, dans les années 1830 les ouvriers tisserands de la soie dans le quartier de la Croix Rousse décident de s’organiser pour s’épauler en cas de maladie ou d’accident. Ils créent des sociétés mutualistes. La Société de défense des intérêts des Canuts est la première mutuelle créée.

En 1835, c’est également à Lyon que va naitre ‘le commerce véridique et social’, la première coopérative de consommation. C’est un magasin géré par les clients qui peuvent ainsi bénéficier des meilleurs prix. Dès lors, les coopératives de consommation se structurent, au point de devenir le plus puissant réseau de distribution alimentaire jusque dans les années 1960 (avant l’apparition des supermarchés).

En 1880, dans l’Aisne, Jean-Baptiste André Godin, imagine une manière totalement nouvelle de travailler. Il créé à Guise une usine de poêles qui appartient aux ouvriers. Ceux-ci élisent leurs dirigeants, vivent ensemble dans un grand immeuble moderne (le familistère) et bénéficient de nombreux services. Les femmes y ont le droit de vote, alors qu’il faudra attendre 1945 en France pour qu’elles puissent participer aux élections !

En Haute-Marne, comme dans les Ardennes, deux départements marqués par une forte histoire industrielle (forges en Haute-Marne, métallurgie dans les Ardennes), les coopérations et associations ouvrières se développement sous l’impulsion des syndicalistes comme Jean-Baptiste Clément connu pour sa célèbre chanson ‘Le temps des Cerises’.

S’inspirant de l’exemple des banques mutualistes en Allemagne et en Italie, de petites communautés villageoises se regroupent pour avoir accès à un crédit bon marché. La première caisse de Crédit Mutuel est fondée en 1882 à Wantzenau, une commune rurale près de Strasbourg. Trois ans plus tard, c’est dans le Jura qu’est créée la Société Agricole de l’arrondissement de Poligny, actuel Crédit Agricole.

 

Vers 1902, un petit groupe d’employés et d’ouvriers appartenant pour la plupart à une manufacture d’instruments de musique fonde à Château-Thierry, 48 Grande Rue, une Société coopérative de consommation qu’il dénomme « l’Espérance de Château-Thierry ». Aussitôt après 1918 le commerce s’organise sur des bases nouvelles et s’efforce de prendre un grand essor dans le pays. Les sociétés capitalistes, à succursales multiples, installent à un rythme sans cesse croissant des magasins dans toutes les localités. Les sociétés coopératives locales ont fort à faire pour lutter efficacement contre cette concurrence particulièrement puissante.Après différentes fusions, le rayonnement de la Société s’étend en grande partie sur l’ensemble du territoire de l’ancienne province de Champagne. L’Assemblée Générale de 1931 décide de modifier la raison sociale qui devient « Les Coopérateurs de Champagne ».

En 1939, à la veille de la guerre, 37 années après leur fondation et 20 ans après leur début comme société de développement « Les Coopérateurs de Champagne » possèdent :

  • Trois entrepôts généraux : Etampes sur Marne, Sens et St Julien les Villas,
  • 400 succursales réparties sur 8 départements,
  • 175 services de tournées à domicile par voitures automobiles et hippomobiles.

Ils regroupent plus de 70.000 familles adhérentes et leur chiffre d’affaires atteint 180 millions de francs

L’instauration des congés payés en 1936 marquent la création et le développement de nombreuses associations visant à organiser les vacances et à aider les personnes, aux moyens limités à pouvoir en profiter. Parmi elles, on peut citer les auberges de jeunesse.

Les innovations issues de l’ESS

trait_bleu

“La prolifération des organisations à but non lucratif au sein de la société civile constitue l’innovation sociale la plus importante du XXème siècle, mais aussi l’un des secrets les mieux gardés de l’histoire sociale moderne.” Salamon et Anheier

L’ESS répond à des besoins locaux, prend en compte les publics éloignés de l’emploi, met en oeuvre des politiques publiques et présente une capacité d’innovation permanente. De grandes innovations qui font aujourd’hui partie de notre vie quotidienne sont issues de l’ESS.
Ainsi sont nés :
  • à l’initiative des mutuelles de santé : la création de la Sécurité Sociale via les sociétés de secours mutuel, la couverture maladie universelle, les indemnités journalières en cas d’accident, la promotion du médicament générique, le tiers payant.
  • à l’initiative des associations : l’aide à domicile, l’alternative à l’hospitalisation, la prise en charge des personnes handicapées, les villages de vacances, la formation qualifiante, les associations et entreprises d’insertion par l’économie, le titre emploi service, les centres sociaux.
  • à l’initiative des mutuelles d’assurance : le constat amiable, les garages agréés, le tiers payant en assurance automobile.
  • à l’initiative des coopératives : le contrôle qualité des produits, l’animation sociale en milieu rural, les prêts bancaires à taux variables, le chèque-déjeuner, le prix du livre…

Les dates importantes dans l’histoire de l’ESS

trait_blanc

1830

Première apparition du terme « Économie Sociale » lorsque Charles Dunoyer publie le « Nouveau Traité d’Economie Sociale ».

1850

Loi sur les Sociétés de secours mutuels.

1885

Création de la première fédération française des coopératives de consommation.

1898

Première charte de la Mutualité.

1900

L’Exposition Universelle accueille un pavillon de l’Économie Sociale.

1901

Loi sur la liberté d’association.

1947

Le statut de la coopération est défini en France.

1980

Création de la Charte de l’Économie Sociale en France définissant les principes et les valeurs de cette troisième voie, publiée par le Comité National de Liaison des Activités Mutualistes, Coopératives et Associatives (CNLAMCA).

1981

Création de la Délégation interministérielle à l’Économie Sociale (DIES). Premier décret reconnaissant l’économie sociale.

1993

Structuration des acteurs territoriaux en Chambre Régionale de l’Économie Sociale et Solidaire.

2001

Transformation du CNLAMCA en Conseil des Entreprises, Employeurs et Groupements de l’Économie Sociale (CEGES).

2004

Création du Conseil National des Chambres Régionales de l’Économie Sociale (CNCRES).

2006

Création du Conseil supérieur de l’Économie sociale.

2008

Les syndicats employeurs de l’ESS remportent 30% des voix dans le collège Activités diverses.

2014

La loi relative à l’ESS du 31 juillet marque la reconnaissance législative d’un mode d’entreprendre différent.

Made in ESS est une démarche initiée par la Chambre Régionale de l’Économie Sociale et Solidaire des Pays de la Loire. En Région Grand Est, le programme est développé par la CRESS Grand Est en partenariat avec